Cette année, l’archéologue landaise Brigitte Watier aurait fêté ses 70 ans. Sa mort précoce fut une grande perte pour l’archéologie régionale. Nous vous proposons de la découvrir à travers la notice qui lui est consacrée dans Mémoire des Landes – Dictionnaire biographique, publié sous la direction de Bernadette Suau en 1991 (p.303). L’auteur est J.-P. Suau :

WATIER (Brigitte) (Montaut, 14 novembre 1943 – Villenave d’Ornon, Gironde, 24 novembre 1988). Archéologue.

Ingénieur d’étude au Centre Interdisciplinaire d’Archéologie Analytique de l’Université de Bordeaux III. A une solide formation universitaire et littéraire (licence de lettres classiques à Paris et licence d’histoire de l’art et d’archéologie à Bordeaux), Brigitte Watier sut très vite allier une expérience et une compétence archéologique acquises de bonne heure sur le terrain. Formée dès 1969 sur les grands chantiers de fouilles bordelais (Saint-Seurin; Allées de Tourny; Saint-Christoly), la jeune archéologue landaise fut très tôt sensibilisée aux problèmes d’archéologie urbaine et à l’étude de la céramique antique qui allait devenir sa spécialité et son champ d’étude privilégié. D’ailleurs, son premier travail universitaire (1971) n’est-il pas consacré à l’étude des amphores funéraires de la nécropole de Saint-Seurin de Bordeaux, et son dernier article, posthume, à celles conservées au musée de Libourne? Sa double dominante, littéraire et archéologique, lui permit de publier, dans une langue claire, élégante et limpide, de nombreux rapports de fouilles ou des articles toujours concis, précis et d’une scrupuleuse rigueur scientifique. Ils sont dispersés dans des revues régionales ou nationales (Bulletin de la Société de Borda, Gallia, Aquitania, Archéologia, etc.).

A Dax, les fouilles de la Fontaine chaude (1976) et surtout celles de l’Îlot central -près de 4000 mètres carrés fouillés en 1978-1979 dans des conditions souvent très difficiles et pénibles- complétées par celles de la rue Cazade (1980), lui ont donné l’occasion de remettre en cause certaines interprétations d’érudits du XIXe siècle et de montrer l’évolution du tissu urbain antique depuis le premier noyau (époque d’Auguste), implanté sur le sommet de la terrasse alluviale, jusqu’à l’organisation de la ville close à l’intérieur des remparts bordant l’Adour. Brigitte Watier fut alors conduite à faire de nombreuses mises au point, aussi bien destinées aux archéologues professionnels et amateurs qu’aux enseignants, au grand public ou au simple touriste.

Membre correspondant pour les Landes de la Direction des Antiquités historiques depuis 1975, elle a aussi été amenée à intervenir, officiellement et bénévolement, pour la période gallo-romaine et le haut Moyen Age. Ses nombreux contacts personnels sur le terrain, avec de simples particuliers ou des associations locales, firent toujours l’objet d’un rapport administratif. Citons par exemple, en dehors des grands chantiers dacquois, les interventions de sauvetage ou les contrôles ponctuels effectués à Serres-Gaston en 1974, Brocas-les-Forges, Brocas (Montaut) et Gouts en 1975, Pujo-le-Plan en 1977, Aire-sur-l’Adour, Rivière, Bonnegarde (Sarbazan) et Saint-Paul-en-Born en 1981, Miramont-Sensacq en 1982, Carcen-Ponson, Pujo-le-Plan, Saubagnac, Hinx, Saint-Pierre-du-Mont et Arengosse en 1984, Biganon en 1985, Beylongue et Bahus-Juzanx en 1987.

Intéressée à la fois par les problèmes historiques d’occupation du sol et par la connaissance de la culture matérielle antique, B. W. collabora enfin à l’étude scientifique des Plans d’Occupation des sols Historiques et Archéologiques d’Aquitaine consacrés à Aire-sur-l’Adour (1982) et à Dax (1986). Les hasards de la vie et une cruelle maladie n’ont pas permis à cette jeune archéologue chalossaise, qui se dévoua sans compter pour la sauvegarde du Patrimoine landais, de créer à Dax le véritable musée régional à vocation archéologique dont elle rêvait; mais elle eut au moins la joie, peu de temps avant sa mort, d’avoir participé activement à l’aménagement de la crypte archéologique de l’Îlot central, et d’avoir organisé, avec Jean-Claude Merlet, une remarquable exposition sur « Dax et ses origines ».

Voici maintenant un tour d’horizon de ses publications. Il en manque quelques unes, mais la majeure partie est dans cette liste (présentation par ordre chronologique) :

Les amphores funéraires de la nécropole de Saint-Seurin, à Bordeaux. Restauration et étude typologique / Brigitte Watier. – Paris : Editions J.B. Baillère, 1973. – ( L’Information d’Histoire de l’Art ; 3. – p. p. 113-118 : photogr. ).

Col et fragments d’amphores trouvés dans le sous-sol landais / Brigitte Watier. – Dax : Société de Borda, 1975. – p. 146-173 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 2. – ISSN 0337-0267).

Amphores d’époque romaine trouvées dans l’Adour à Cauna / Brigitte Watier . – Dax : Société de Borda, 1976 . – p. 295-317 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 3 . – ISSN 0337-0267) .

Découverte de l’état romain de la Fontaine Chaude de Dax, suivie d’une étude de la piscine chaude à Dax / Brigitte Watier, Marc Gauthier, Daniel Nony et Jean-Luc Tobie. – Dax : Société de Borda, 1977. – p. 301-325 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 3.- ISSN 0337-0267).

Procès-verbal de séance du 20 juin 1979 / Gérard Desmoulins ; avec la collaboration de Brigitte Watier et de Jean Peyresblanques. – Dax : Société de Borda, 1979. – p. 465-468. – (Bulletin de la Société de Borda ; 3. – ISSN 0337-0267).

Premiers résultats des fouilles de l’îlot central à Dax (1978-1979) / Brigitte Watier. – Dax : Société de Borda, 1979. – p. 227-255 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 396. – ISSN 0337-0267).

Dax, les vestiges monumentaux d’un temple romain : dossier Aquitaine / Brigitte Watier . – Dijon : Faton, 1981 . – (Archeologia ; n°158, septembre 1981. – p. 28-35 : ill. – ISSN 0570-6270) .

Plans d’occupation des sols historique et archéologique d’Aquitaine : II : Aire-sur-Adour / Bernadette Suau, Jean Cabanot et Brigitte Watier ; sous la direction de Jean-Bernard Marquette.- Bordeaux : Université de Bordeaux III, Centre de Recherches sur l’Occupation du Sol et le Peuplement E.R.A. 443, Institut d’Histoire, 1982.- tome 1 : 166 p., cartes ; tome 2 : 110 p., ill.

Le gallo-romain dans les Landes / Brigitte Watier. – Bordeaux : Centre Régional de Documentation Pédagogique Aquitaine, 1985. – (Photothèque Pédagogique. – 53 p. : ill.). – ISBN 2-86617-209-4.

Amphores d’époque gallo-romaine à Mont-de-Marsan (Landes) / Brigitte Watier . – Dax : Société de Borda, 1986 . – p. 361-388 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 4 . – ISSN 0337-0267) .

Plans d’occupation des sols historique et archéologique d’Aquitaine : III : Dax / Bernadette Suau, Brigitte Watier, Jean Cabanot et Jean-Claude Merlet ; sous la direction de Jean-Bernard Marquette.- Bordeaux : Université de Bordeaux III, Centre de Recherches sur l’Occupation du Sol et le peuplement UA 999,Institut d’Histoire, 1986.- tome 1 : 550 p., ill. ; tome 2 : 272 ill., table des ill.

Un pourrissoir médiéval dans l’église N.D. de Saubion (Canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse) / Brigitte Watier et Francis Hirigoyen. – Dax : Société de Borda, 1986 . – p. 243-258 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 2 . – ISSN 0337-0267) .

Une fosse du Haut-empire avec dépôt rituel / Brigitte Watier . – Dax : Société de Borda, 1986 . – p. 53-70 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 1 . – ISSN 0337-0267) .

Dax, les ruines romaines de l’ïlot central : visite de la crypte archéologique / Brigitte Watier. – Dax : ville de Dax, 1987. – 36 p. : ill.

Dax et ses origines. Dépôt des bronzes. Découvertes archéologiques récentes [Exposition Musée de Borda à Dax en juin 1988] / Jean-Claude Merlet et Brigitte Watier ; avec la collaboration de Brigitte Derion et Jacques Santrot. – Dax : Ville de Dax, 1988. – 110 p. : ill., bibliogr.

Deux amphores de M. Porcius trouvées à Dax : les marques, leur contexte et le mobilier d’accompagnement / Brigitte Watier . – Dax : Société de Borda, 1988 . – p. 37-55 : ill. – (Bulletin de la Société de Borda ; 2 . – ISSN 0337-0267) .

Fouille de sauvetage sur le site antique de Bidon, commune de Bonnegarde (Landes) / + Brigitte Watier. – Pau : Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales ; Centre de Recherches Archéologiques sur les Landes ; Fédération Archéologique des Pyrénées Occidentales et des Landes, 2004. – (Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes ; 23. – p. 181-188 : ill. – ISSN 1245-494X).

2 Thoughts on “Brigitte Watier (1943-1988)

  1. Bonjour
    Je vous remercie pour ce bel article et ce témoignage de reconnaissance envers une archéologue remarquable dont j’ai pu également apprécier les qualités humaines dans les années 80.

  2. Bonjour,
    Nous tenions à rendre hommage à cette grande dame de l’archéologie régionale dont le parcours exemplaire était jusqu’ici invisible sur la toile. Toutes celles et ceux qui l’ont côtoyé ne tarissent pas d’éloge à son propos. Progressivement, nous ajouterons des notices sur d’autres personnalités disparues. A titre personnel, je tiens à saluer votre propre contribution à l’archéologie régionale : vos recherches menées autour de la région d’Arcachon sont encore aujourd’hui des plus précieuses dans la compréhension du peuplement dans ce secteur, même si d’autres noms sont plus abondamment cités de nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation