Sud-Ouest nous propose une autre vision d’un des sites archéologiques majeurs de l’Aquitaine méridionale à travers le regard de sa propriétaire (source : http://www.sudouest.fr/2014/08/09/au-coeur-de-la-colli-ne-sacree-1637648-4389.php). Les grottes d’Isturitz et Oxocelhaya font l’objet d’une médiation de qualité en Préhistoire depuis quelques années, comparable à ce qui se fait en Dordogne ou en Lot-et-Garonne et qui fait largement défaut ailleurs dans le sud aquitain pour des sites de la même période.

Au cœur de la colline sacrée

Joëlle Darricau entretient une relation forte aux grottes d’Isturitz et Oxocelhaya, entre affection et souci de rigueur scientifique.

pierre penin

p.penin@sudouest.fr

Joëlle Darricau évoque les grottes d’Isturitz et Oxocelhaya avec autant d’affection, presque de tendresse, que de rigueur scientifique. Seule propriétaire de ce trésor archéologique, caché dans le ventre de la colline de Gaztelu (1), elle en est à la fois la gardienne, l’esprit et la promotrice. Une vie à son contact n’a fait qu’attiser sa passion pour l’endroit unique, à la fois connu et perpétuellement mystérieux. « Je considère la grotte comme un membre de la famille. »

Le plus ancien de ses aïeux, c’est certain. « On sait que la grotte a été occupée par des hommes préhistoriques depuis 80 000 ans », souligne Joëlle Darricau. Les spécialistes parlent de « super-site ». Nos lointains ancêtres s’y regroupaient depuis Néandertal, y échangeaient savoirs et matières premières. « On a retrouvé des séries d’objets sculptés, petits objets d’arts déjà très fins qui nous laissent admiratifs. » Et la dame de Gaztelu de fracasser l’image du sauvage hirsute de la représentation populaire.

« C’est vertigineux »

Son grand-père, André Darricau, a dès 1912 l’intuition qui fera basculer l’histoire des grottes et de la famille. « Il pressentait une richesse préhistorique. Il a le premier fait venir des archéologues. » Les scientifiques vérifient la justesse de l’inspiration d’André Darricau. En 1953, celui-ci obtient le classement des grottes par les Monuments historiques. « C’était un précurseur. Moi, en 1996, j’ai fait classer à l’inventaire des Monuments l’ensemble de la colline de Gaztelu. »

Dès lors, Le Service régional d’archéologie entend percer tous les secrets des lieux. Pas si simple. Les connaissances s’accumulent, mais ne cessent d’ouvrir d’autres voies d’exploration et analyse. « Plus on en sait, moins on en sait », résume Joëlle Darricau. « Les techniques nouvelles apparaissent, comme l’étude de l’ADN, le scanner, les neurosciences et cela conduit à d’autres pistes. C’est vertigineux. Et fascinant. »

« Colline sacrée »

Jean Clottes, « le pape de l’archéologie », considère Gaztelu comme « une petite colline sacrée de la planète ». Sa propriétaire aime cette définition du grand ponte. Elle traduit le respect de Joëlle Darricau qui veille absolument à préserver un certain esprit dans la gestion et l’ouverture au public des grottes. Ne comptez pas sur elle pour y installer des mannequins d’hommes préhistoriques, par exemple. « On en fait une projection dont on ne sait pas la réalité scientifique. C’est non. » Pas d’approximation ou de fantaisie en ces lieux, elle y veille.

Pas non plus d’investigation prétexte. « On ne fouille que pour répondre à des questions scientifiques. Sinon, on laisse les choses en place. » Il ne faut pas confondre pareille rigueur avec quelque austérité rasoir. La maîtresse des lieux ne refuse pas d’approcher Isturitz et Oxocelhaya par des voies décalées. On a pu écouter dans les cavités un concert intitulé « Aspaldian », composé par François Rosset, pour huit flûtes préhistoriques. Des instruments reconstitués, notamment pas le musicien Mixel Etxekopar, à partir de vestiges retrouvés dans la grotte.

« Entourloupettes »

« Ce type d’animation a du sens. C’est une manière de faire vivre les lieux dans le respect de leur nature originelle. C’était un lieu d’échange, ça l’est encore. On y échange du savoir. » Une connaissance de portée universelle. « C’est l’histoire de nos origines. » Joëlle Darricau en est dépositaire. Et elle la transmettra à son tour. « Mes enfants font partie de la SARL des grottes et participent aux décisions. Ils élèvent leurs propres enfants dans une certaine éthique. »

Disons une approche non mercantile, soucieuse d’un équilibre entre ouverture et rigueur. Respectueuse de « cette arrière-grand-mère qu’est la grotte ». La vieille dame demande des soins subtils, mais a son caractère. « Elle fait parfois des entourloupettes et se dérobe à qui n’arrive pas avec humilité et amour ». Ainsi de ce chœur aux gros sabots, pour le concert des 50 ans du site. La grotte ne permit jamais au son de circuler. « Je leur avais bien dit de venir avant, pour travailler et l’apprivoiser. Ils auraient dû m’écouter… »

(1) La colline de Gaztelu se situe à la croisée des communes d’Isturitz et Saint-Martin d’Arberoue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation