Une histoire étonnante de la forêt landaise pendant la Grande Guerre est à l’honneur dans le quotidien Sud-Ouest ce jour (source : http://www.sudouest.fr/2014/08/02/du-pin-pour-les-trancheesune-exposition-et-un-opuscule-1631404-3452.php) :

Du pin pour les tranchées : une exposition et un opuscule

Dès 1917, des milliers de bûcherons du 20e régiment du génie américain ont exploité la forêt landaise

Du pin pour les tranchéesUne exposition et un opuscule
Une scierie du 20e régiment du génie forestier américain implantée dans la forêt landaise. © Photo

Photo Archives numérisée par Michel Boquet

C‘est une histoire méconnue et pour cause : il n’y a aucune archive landaise ou française qui concerne l’épopée de ces milliers de bûcherons d’Amérique du Nord – Canadiens ou Américains – venus exploiter nos forêts pour alimenter en bois d’œuvre les tranchées et traverses, les chemins de fer ou les ponts durant la Grande Guerre. Et pourtant, le 20e régiment du génie américain fut la plus grande unité de l’histoire, et l’opération de bûcheronnage de l’armée américaine une des plus grandes opérations militaires par son ampleur, avec Panama, en ce début de XXe siècle.Dans le sillage du travail qu’ils ont réalisé à l’occasion du 85e anniversaire de la traversée de l’Atlantique nord par un équipage français à bord de l’« Oiseau canari », le docteur Georges Cassagne et son gendre Michel Boquet ont retrouvé aux États-Unis un grand nombre d’archives. À commencer par le journal des bûcherons du 20e génie forestier écrit en anglais et en français avec un titre évocateur : « Jusqu’au bout ».

Une armée de bûcherons

Michel Bocquet a même chiné à Las Vegas une carte postale de vœux du Nouvel An 1918 adressée depuis Pontenx-les-Forges par le soldat forestier James Cassidy à un ami dans l’Oregon. Ils furent jusqu’à 20 000 enrôlés pour leurs compétences dans les métiers de la filière bois. Certes, loin des combats, mais pas toujours du front pour ceux arrivés dans les Vosges et le Jura afin d’exercer une activité qui n’était pas faite « pour les cols blancs », comme le spécifiaient les annonces en Amérique. Venus de tous les États, 4 500 hommes ont été affectés dans près d’une trentaine de scieries montées par l’armée américaine dans les Landes. La majorité d’entre elles étaient situées dans le Born et en Haute Lande, commandées depuis Mimizan et Pontenx-les-Forges. Elles étaient dotées du matériel « high-tech » de l’époque : des métiers à scier très mobiles à ruban ou à scie circulaire d’un diamètre de plus d’1,2 mètre. Deux types de scieries ont été utilisés. La plus imposante avait une capacité de sciage de 20 000 pieds, soit 6 600 mètres en dix heures, servie par 240 hommes.

Elles étaient alimentées par la combustion des produits de délignage, les croûtes et la sciure qui produisaient également l’électricité indispensable à leur fonctionnement. Au total, en France, durant deux ans, plus de 185 millions de mètres de grumes ont été sciés, 225 000 tonnes de rondins produits et plus de 600 000 tonnes de chutes et bois de chauffage utilisés. Chaque unité s’efforçait de battre le record du régiment et, comme d’autres faits de guerre, leurs « exploits » étaient relatés dans le journal des armées américaines « Stars and Stripes ».

Sur l’eau ou sur les rails

À l’étang d’Aureilhan-Mimizan, les bois abattus sur la rive ouest étaient acheminés par flottage et remorqués par un bateau à moteur que le duc de Westminster, cousin du roi Georges V et ami de Winston Churchill, propriétaire de Woolsack, avait mis à disposition de l’armée américaine.

Sur l’autre rive, la scierie était implantée sur le domaine de Darricau, propriété de Roger Sargos, capitaine forestier mobilisé depuis le début de la guerre et qui a été l’un des fondateurs des papeteries de Gascogne. En période de basses eaux, il a même fallu creuser un chenal pour acheminer le bois au plus près.

Le transport des bois sciés vers le front était crucial. Aussi, les Américains ont construit 60 km de voies ferrées étroites, certaines déplacées, pour se raccorder au réseau landais. La gare de Pontenx disposait d’un quai de chargement de 160 mètres où s’amoncelaient des milliers de mètres cubes. Le trafic s’effectuait jour et nuit à destination de Labouheyre, puis de Bordeaux.

La population et les troupes

Des relations très courtoises se sont établies avec la population et les autorités locales, notamment lors des célébrations de l’Independance Day. Charles Balzer, né à Chicago, a épousé à Mimizan Marie Duverger, Aflons Durie et Hélène Bensacq se sont mariés à Pontenx, comme James Earl Baillie, originaire du Dakota du Sud, et Léonie Antoinette Dubrana, au bourg de Mimizan.

À la plage, le centre de commandement était installé dans la villa Sans Souci qui existe toujours. Le lever et le coucher du drapeau se faisaient au son de la fanfare militaire.

Les jours de repos, samedi et dimanche, les troupes organisaient des matchs de basket, de base-ball ou des combats de boxe.

Axel Frank

2 Thoughts on “Patrimoine forestier landais

  1. nous sommes l’association Buglose d’Aùscops, nous présentons une exposition les 6-7-8 novembre sur les conflits des 19° et 20° siècle.

    nous permettriez-vous d’exposer cette page qui nous semble intéressante et surtout une histoire méconnue
    cordialement
    marie claude Lile

    • Bonjour,
      cet article, relatant un sujet effectivement très intéressant et étonnant, est une copie d’un article Sud Ouest. Vous n’avez donc pas besoin de notre autorisation. Si cela vous intéresse, je peux vous fournir un document plus détaillé par mail : pouvez-vous me donner une adresse mail valide afin que je vous l’envoie?

Répondre à admin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation