Une boîte tombée du ciel

Un archéologue bénévole a trouvé mercredi matin un transformateur de courant électrique tombé d’un avion militaire, entre 1977 et 2000….

Didier Vignaud est allé remettre cette pièce tombée d’un aéronef, à la gendarmerie de l’air, hier.

Didier Vignaud est allé remettre cette pièce tombée d’un aéronef, à la gendarmerie de l’air, hier. (Photo Nicolas le Lièvre)

Le sol landais cache parfois, sous son tapis de terre, des objets bien singuliers. Ainsi, à Campet-et-Lamolère, un bénévole du Centre de recherches archéologiques sur les Landes (Cral) a trouvé, mercredi matin, un mystérieux boîtier noir tombé du ciel.

« J’étais venu voir s’il n’y avait pas de site archéologique mis en évidence par les labours forestiers consécutifs aux plantations de pins, explique Didier Vignaud. Je suis tombé sur cette boîte intrigante. Au début, j’ai cru qu’un agriculteur avait perdu une radio ou quelque chose comme ça, raconte Didier Vignaud. Mais en me rapprochant, j’ai tout de suite vu qu’il s’agissait de matériel aéronautique, perdu par un aéronef, note-t-il. Il comporte des traces de choc qui montrent qu’il est tombé du ciel. En fait, c’est un transformateur de courant électrique. »

Une date, une signatureAucune place à l’erreur : Didier Vignaud, ancien de l’aéronautique, qui a travaillé entre autres au sein du bureau d’étude de Turbomeca, sur les procédures de maintenance pour les moteurs d’hélicoptère, sait de quoi il parle. « Il s’agit sûrement d’un appareil militaire », reprend-il. La pièce comporte en effet quelques indices, comme la date de fabrication : mai 1977. « À cette époque, la zone était interdite de survol par l’aviation civile. » On peut également y lire la mention du groupe français Aérospatiale Matra, avant qu’il ne fusionne et ne devienne EADS, en 2000.

La perte de ce transformateur de courant électrique est intervenue entre 1977 et 2000. « Ce n’est pas un Rafale qui a perdu ça, en déduit Didier Vignaud. Je n’ai pas entendu parler de crash, mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a eu un incident aérien. Il n’a peut-être pas duré longtemps car, à bord, il y a de la redondance électrique. »

Au ministère de la DéfenseCombien de temps le boîtier est-il resté enseveli sous le sol campetois ? Pour l’instant, le transformateur de courant électrique garde ses mystères. La réponse se trouve peut-être du côté du Bureau enquête et accident du ministère de la Défense, à Paris, qui devrait recevoir la pièce prochainement. En attendant, Didier Vignaud, après avoir contacté la BA 118, est allé remettre le transformateur à la gendarmerie de l’air, hier matin.

« Même s’il ne s’agit pas d’un fait récent, il y a peut-être un dossier ouvert, lié à un incident aérien, au Bureau enquête et accidents du ministère. C’est toujours intéressant pour eux d’avoir un retour d’expérience. Qu’il s’agisse d’un accident ou d’un incident, tout est répertorié. Le but est d’avoir un retour d’expérience qui servira de leçon pour la suite. En fonction, ils peuvent faire évoluer le matériel ou les formations dispensées au personnel. C’est en tout cas la procédure en aéronautique. »

source : Sud-Ouest (article d’Aurélie Champagne) http://www.sudouest.fr/2013/04/05/une-boite-tombee-du-ciel-1014757-4723.php

Une partie à part est consacrée à l’activité archéologique de Didier Vignaud. Il faut rappeler que celui-ci, membre à part entière du Club Dubalen, oeuvre depuis une dizaine d’années au sein du Centre de Recherches Archéologiques sur les Landes. Cette association, créée dans les années 80 à l’initiative de Bernard Gellibert et Jean-Claude Merlet, reste encore aujourd’hui le groupe de recherches archéologiques le plus actif du département des Landes et dans une certaine mesure, de l’Aquitaine méridionale. Les différents travaux sont résumés sur le site internet www.archeolandes.com Voici la partie d’article dédiée aux recherches landaises (http://www.sudouest.fr/2013/04/05/la-richesse-du-sous-sol-landais-1015063-3452.php)

La richesse du sous-sol landais

Ce n’est pas la première fois que cet archéologue bénévole trouve des objets insolites pendant des fouilles ou des prospections. « J’ai découvert par deux fois des obus, dans deux communes différentes. J’ai prévenu les démineurs de la gendarmerie. D’un point de vue archéologique, on est tombé sur des choses qui n’existent pas ailleurs en Aquitaine, comme une sépulture à incinération datant de la fin de l’Antiquité. On a trouvé aussi le plus grand javelot de guerre d’Europe utilisé à l’âge du fer, qui faisait plus de 2 mètres, ou encore le plus vieil objet en fer connu en France, qui date de l’âge du bronze. Les Landes sont une sorte de réserve archéologique. La plantation de pins a gelé les terrains et protégé tous les sites archéologiques. La recherche justifierait la présence de quatre archéologues à temps plein dans les Landes. » Une campagne de prospection sur la moyenne vallée de l’Adour va démarrer pour recenser tous les sites archéologiques. Des fouilles devraient également avoir lieu à Ousse-Suzan prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation