L’ancienne mairie sera transformée en résidence

La municipalité cède des bâtiments communaux à des particuliers. L’opposition vote contre.

L’ancienne bibliothèque, qui fut la mairie de Mont-de-Marsan de 1846 à 1946, sera cédée à des particuliers pour la somme de 255 600 euros.

L’ancienne bibliothèque, qui fut la mairie de Mont-de-Marsan de 1846 à 1946, sera cédée à des particuliers pour la somme de 255 600 euros. (Photo Nicolas le lièvre)

La suite du Conseil municipal de jeudi dernier a permis, à nouveau, à l’opposition de batailler avec les élus majoritaires sur la question des « bijoux de famille » déjà évoquée dans le passé. C’est-à-dire la vente du patrimoine bâti détenu par la commune. La Ville ayant décidé de céder ainsi à des particuliers l’ancienne bibliothèque, située au 4, place Charles-de-Gaulle, c’est Jean-Michel Carrère (PS) qui s’est levé pour combattre cette idée.

« Avant d’être la bibliothèque, c’était l’ancienne mairie, qui faisait vraiment partie de l’histoire de la ville, s’est-il offusqué. L’immeuble a, en effet, abrité l’hôtel de ville de 1846 à 1946. Il comprend des caractéristiques architecturales particulières, dont une fresque sur un de ses murs. Nous nous opposons à cette décision, qui de plus va créer une nouvelle résidence. Pour nous, ce n’est pas comme cela que l’on va contribuer à dynamiser ce quartier du centre-ville, qui en a bien besoin. »

Repeupler le centre-ville

Hervé Bayard (UMP) objecte qu’au contraire, « cela va permettre de repeupler le centre-ville, qui s’est beaucoup dégarni ces dernières années. Ce sera la meilleure manière de lui redonner vie. Des familles vont y habiter, vont contribuer au dynamisme en allant consommer dans les commerces locaux. »

Sans les huit voix de l’opposition, la municipalité a donc prévu de céder, pour 255 600 euros (alors que la dernière estimation du service des Domaines était de 300 000), ce bâtiment de 782 m² répartis sur un rez-de-chaussée, deux étages et un sous-sol.

Les repreneurs – trois associés – veulent y aménager six appartements : deux T2 de 54 m² environ, un T3 (84 m²) et trois T4 (125 m² chacun). Seule consolation pour l’opposition : Hervé Bayard estime que, l’un des repreneurs étant une architecte, le bâtiment (non classé) et ses volumes, dont la façade dotée d’une horloge, ne seront pas dénaturés. (…)

source : http://www.sudouest.fr/2013/04/01/l-ancienne-mairie-sera-transformee-en-residence-1011436-710.php (article de Jean-Louis Hugon)

Il est bien entendu dommage qu’un tel bâtiment, intimement lié à l’Histoire de la ville de Mont-de-Marsan, connaisse une telle évolution. Nous sommes réservés quant à l’excuse du besoin de logement. Le problème de logement en centre-ville n’est pas un problème de disponibilité de lieux (pour s’en convaincre, voir combien de temps en moyenne reste à louer n’importe quel appartement dans les résidences proches de l’hyper-centre) mais de prix des loyers, surestimés en général à Mont-de-Marsan (et à Dax, pas de jaloux!) comme le rappelle le dossier consacré au logement dans le Sud Ouest dans le dernier Nouvel Obs. S’il y a une urgence, ce n’est pas de créer de nouveaux logements, mais bien de faire en sorte que les logements déjà existants puissent être loués à des prix décents.

Reste ce bâtiment : de quelle manière va-t-il évoluer? En quoi le fait qu’une architecte fasse partie des repreneurs est une garantie suffisante contre le n’importe quoi quand on sait que même des architectes DPLG ont parfois cautionné le pire en la matière?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation