Comme chaque mois de mars, la société savante originaire de Dax, la Société de Borda, s’est déplacée à Mont-de-Marsan pour y présenter diverses communications en rapport avec le Marsan. Pour rappel, la Société de Borda a été fondée en 1876 et publie chaque trimestre depuis cette époque un bulletin qui rassemble des articles sur divers sujets en rapport avec les Landes (archéologie, histoire, botanique, géologie, biographies de célébrités locales, entomologie etc.). Le programme, comme chaque fois, était soigné :

_ David DUPOUY : La maison de « Bruce » à Roquefort : corbeaux et meneau sur un airial landais.

_ Xavier ROBOREL de CLIMENS : Le château de Campet

_ Jeanne-Marie FRITZ : Le fondateur de Mont-de-Marsan, le vicomte Pierre, fils de Loup-Aner

_ Dr Jean PEYRESBLANQUES : La Came crude

De l’Histoire, de l’archéologie monumentale et des croyances populaires. Le tout, avec des intervenants de choix, clairs et didactiques dans leurs exposés. Il ne faut pas oublier que ces interventions se font gratuitement, que les intervenants de la Société de Borda prennent sur leur temps pour produire une conférence de qualité, puis un article sourcé, documenté, argumenté.

Pendant des années, lorsque la Société de Borda se déplaçait à Mont-de-Marsan, celle-ci était accueillie dans une salle au sein de la Mairie. Parfois, le Maire (à défaut un adjoint) faisait une apparition, allant même jusqu’à une allocution d’accueil. A la fin de l’après-midi, un vin d’honneur était préparé pour les sociétaires, permettant de prolonger les échanges sur les sujets abordés au cours des conférences dans une convivialité inhérente à tout rassemblement de Gascons en un même lieu.

Hors, depuis 4/5 ans, cette réunion un peu spéciale (Mont-de-Marsan est la Préfecture) est progressivement écartée du centre-ville. D’abord sise dans la Salle Lamarque-Cando, elle est désormais pour la 2e fois consécutive calée dans une salle miniature de la Maison Joëlle Vincens, sur le site de la Caserne Bosquet. Les deux fois, plusieurs participants ont dû se serrer, debout en fond de salle, pour pouvoir écouter les conférences. Que ce soit dans la salle Lamarque-Cando (qui avait au moins l’avantage d’être grande, mais aussi celui de se trouver à proximité immédiate d’un lieu propice à la discussion autour d’une boisson -la brasserie Le Donjon-) ou dans les réduits de la Maison Joëlle Vincens, nul pot, nulle allocution municipale, rien qui donne au moins l’impression que le Patrimoine landais représente un quelconque intérêt localement. Samedi dernier, il a en plus fallu s’adapter à un changement de salle de dernière minute (la pièce précédent était peut-être trop grande?).

Je ne sais à qui revient la responsabilité de cette évolution dans la gestion du passage de la Société de Borda dans la ville, mais c’est déplorable et peu respectueux. La Société de Borda aurait été peña taurine ou association sportive, peut-être cela se serait-il passé différemment? Ou est-ce un relent de l’antagonisme montois versus dacquois qui trouverait ici une bien incroyable et déplacée illustration? En effet, la Société de Borda, bien que basée à Dax, rassemble des adhérents de toutes les Landes, voire des Landais expatriés un peu partout en France et sa prétention encyclopédique dépasse largement les petites territorialités mesquines.

Lien vers le site de la Société de Borda : http://www.societe-borda.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation