Le quotidien Sud Ouest s’est fait l’écho il y a quelques jours de la campagne de fouilles entreprise par l’archéologue lot-et-garonnais Philippe Jacques. Cette recherche s’inscrit dans une volonté de contextualisation de l’urne funéraire du Premier Age du fer mise au jour accidentellement il y a quelques mois d’une part et d’autre part, compléter les données sur l’occupation du sol dans ce secteur dans des périodes anciennes (source : http://www.sudouest.fr/2014/12/05/dune-du-pilat-40-siecles-d-histoire-dorment-sous-le-sable-1758997-6072.php). Voici donc la copie de l’article paru :

Sous la Dune du Pilat, 40 siècles d’histoire

Un important chantier de fouilles archéologiques mené fin octobre sur la dune du Pilat, sur la commune de La Teste-de-Buch, apporte un nouvel éclairage sur la manière dont les hommes ont occupé ce lieu en deux époques bien distinctes

Des enfants nus qui se roulent dans le sable, se régalent en riant de la douceur ensoleillée d’un début d’automne incroyablement chaud. À la veille du week-end de la Toussaint, une foule de vacanciers, avides de ces miraculeuses prolongations estivales, s’est installée au pied de la dune du Pilat, en contrebas du célèbre hôtel-restaurant La Co(o)rniche.

C’est la première fois qu’à l’aide d’un tractopelle la dune est ouverte sur une surface aussi importante. Un chantier inédit et spectaculaire© Photo Franck Perrogon

Mais très vite le regard est attiré par une scène a priori incongrue : une pelleteuse en marche, au milieu d’un important chantier de fouilles que délimite un périmètre de sécurité. Depuis le 20 octobre et pour une durée de quinze jours, une petite dizaine d’archéologues bénévoles est au travail sur deux niveaux bien distincts.

24 siècles en quelques mètres

Quelques mètres de dénivelés seulement séparent les deux équipes. Quelques mètres… qui enjambent 24 siècles d’histoire. « Ici, vous êtes au VIIe siècle avant notre ère et, si vous rejoignez l’équipe du haut, vous arrivez au XVIIe siècle« , sourit Pierre Regaldo, responsable du département de la Gironde au Service régional d’archéologie (SRA) de la Drac Aquitaine, de passage sur le site.

© Photo franck perrogon

Au total, ce sont quatre paléosols principaux (des niveaux de végétations fossilisés par l’accumulation des sables dunaires, ndlr) qui s’étagent du pied au sommet de la dune : le premier, au niveau actuel de la mer, nous ramène 4 000 ans en arrière environ ; le deuxième, un millénaire avant notre ère ; au troisième paléosol, nous voici déjà au XVIIe siècle tandis que le paléosol IV correspond à l’ensemencement du XIXe ; il est couvert par d’autres sables dunaires menant jusqu’à aujourd’hui. Ces différentes strates sont autant d’étapes marquantes de l’édification de la dune. Plus on grimpe et plus on avance dans la frise chronologique.

Vision globale

Cette campagne de fouilles automnale menée sous l’égide du SRA explore les paléosols II et III sur une surface importante : c’est la première fois que la dune du Pilat est aussi largement ouverte. « Jusqu’à présent, on n’avait fouillé que de petites surfaces. Mais ça ne suffisait plus. Là, on a une vision globale de plusieurs sites », explique Philippe Jacques, archéologue amateur, spécialiste de la dune qu’il explore depuis trente-cinq ans. De nouveaux moyens techniques ont également été mis à l’épreuve puisque c’est la première fois qu’une pelle mécanique intervient en milieu dunaire, avec succès.

« Finalement, la Dune du Pilat a toujours attiré par son économie : le sel, la résine, et maintenant le tourisme », Philippe Jacques.

Depuis dix jours, au pied de la dune, ˆ quelques dizaines de mètres de l’escalier de la Corniche, une Žéquipe d’archéŽologues béŽnŽévoles est au travail, sous l’Žégide du Service Žrégional de l’archéŽologie de la Drac (Direction rŽgionale des affaires culturelles).© Photo franck perrogon

Que révèle ce nouveau chantier ? Arrêtons-nous au deuxième, où de petits tessons de céramique et deux trous de poteau indiquant l’édification d’une maison à cet endroit confirment l’existence pressentie d’un atelier de production de sel datant de l’âge de fer (environ huit siècles avant notre ère). « Il existait ici une lagune, autour de laquelle s’est développée l’occupation humaine, précise Pierre Regaldo. La question qui se pose à nouveau est celle du caractère périodique de l’habitat. Car le travail du sel ne se fait pas à toutes les saisons. Mais il pouvait s’agir de séjours de longue durée. »

Urne et coquilles d’huîtres

La découverte d’une urne funéraire, l’hiver dernier, apparaissait dans ce contexte décisive. Datée de l’âge de fer, elle posait en effet la question de la présence éventuelle d’une nécropole, et tendait à accréditer la thèse d’un habitat sédentarisé. « Mais, à ce jour, l’urne est toujours orpheline« , indique Pierre Regaldo, qui rappelle : « Une urne ne fait pas une nécropole. »  Quant aux analyses réalisées sur son contenu, elles ont révélé qu’il s’agissait des restes calcinés d’une personne de plus de 30 ans, souffrant d’arthrose.

© Photo Franck Perrogon

Avançons dans cet incroyable chantier qui bouleverse tous nos repères spatio-temporels… Un peu de grimpette et nous voici dans la seconde moitié du XVIIe, comme l’atteste la monnaie de Louis XIV retrouvée. Mais la découverte majeure en cet endroit est cette quantité considérable de coquilles d’huîtres, qui exclut l’hypothèse de la seule consommation par les habitants.

Chaque année, la dune dévore une surface de 8 000 m2″Il y avait sans doute autour de ces coquillages une activité commerciale, avance Philippe Jacques. On était ici au milieu de la forêt, à proximité du rivage. Ce qu’on savait déjà, c’est qu’on y récoltait la résine. On savait aussi que la pratique de la pêche existait comme activité annexe. Mais ces coquilles, c’est nouveau. »

Le sel, la résine et le tourisme

À l’époque, un bassin permettait aux bateaux de s’ancrer et « tout ce qui était produit repartait par bateaux. C’était bien plus simple que de traverser la forêt ». Les coquilles vont désormais être étudiées pour y découvrir d’éventuelles traces de découpe, de décorticage. « Finalement, la dune du Pilat a toujours attiré par son économie : le sel, la résine, et maintenant le tourisme », sourit Philippe Jacques.

© Photo Franck Perrogon

Depuis la fin du chantier, le sable recouvre à nouveau l’intégralité des deux sites. « C’est aussi l’avantage de ce lieu, note Pierre Regaldo. Le sable recouvre tout. Et préserve tout. » Et, en attendant les résultats des analyses de prélèvements, les archéologues ont déjà en tête de prochaines fouilles, menées sans doute plus au sud, après les tempêtes hivernales qui révéleront immanquablement de nouvelles empreintes de l’occupation par l’homme d’un lieu d’exception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation