Le service archéologique de la CUB est toujours en quête de la villa de Carbon-Blanc. Le quotidien Sud Ouest rapporte les toutes dernières découvertes plutôt encourageantes (source : http://www.sudouest.fr/2014/08/16/la-decouverte-du-tresor-1643704-2809.php) :

La découverte du trésor

Après des débuts peu fructueux, une partie de la villa a finalement été retrouvée par le service archéologie de la CUB.

La découverte du trésor
David Hourcade explique à Yves Castex la suite des travaux. © Photo

Photos D. C.

À l’instar d’une série télévisée, chaque journée passée sur les fouilles de la place Vialolle permet d’écrire un scénario différent.

À la fin de la semaine dernière, la petite équipe du service archéologique de la CUB, conduite par David Hourcade, était partie en week-end, contente certes d’avoir découvert quelques bricoles, mais déçue de ne pas avoir découvert la villa gallo-romaine. Et puis, lundi matin, dès les premiers coups de pelleteuse, le miracle s’est produit. Avec beaucoup de précautions, et à leur plus grande joie, les chercheurs ont pu mettre à jour, à 1,20 m de profondeur et sur 0.5 à 1 m d’élévation, les bases de cette fameuse villa, recherchée depuis une semaine.

Une nouvelle qui fait du bruit

Attendue par les archéologues mais aussi par les historiens, la découverte d’une partie de cette villa, qui permettait aux Romains fortunés de venir prendre des bains et se faire masser, a drainé du monde dès mardi matin. Alain Turby, le maire, et une partie du Conseil municipal ont ainsi accueilli Stéphane Peyrichou, chef de la Direction bâtiment et moyens (DBM) de la CUB, Pierre Régaldo du SRA (Service régional de l’archéologie) dépendant de la Drac Aquitaine (Direction régionale des affaires culturelles), sans oublier les historiens de la commune que sont Yves Castex et Jean-Paul Grasset, adjoint en charge du patrimoine.

Que faire de la découverte ?

Cette question occupe les esprits des nombreuses personnes s’intéressant à cette découverte. C’est Alain Turby qui lance les premières idées.

« En fonction de l’intérêt que représente cette découverte, tant pour la ville, la CUB, la région, que pour les services en charge de la conservation du patrimoine (DRAC), plusieurs pistes commencent à se dessiner. La plus simple consisterait à reproduire, sous forme de dessin, l’emplacement exact de la villa sur le parking, après réfection. » Selon le maire, « l’autre idée, beaucoup plus ambitieuse, serait de reconstruire, au niveau du sol, le bâti, tel qu’il existe sous terre. Cela aurait pour conséquence de condamner tout ou une partie du parking et, si cette solution était retenue, il faudrait peut-être réfléchir au devenir du foyer municipal, dont l’état commence à désirer ».

Daniel Charpentier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation