La monographie tant attendue sur la cité de Saint-Emilion (33) à l’époque médiévale va sortir. Et comme il se doit, jusqu’au 22 avril, son prix est de 24,50€ au lieu de 29 ! BON DE SOUSCRIPTION ICI
Plus d’infos sur l’ouvrage (infos éditeur) :
couvSaintEmilionWEB

Saint-Émilion
Une ville et son habitat médiéval
(XIIe-XVe siècles)

Service du Patrimoine et de l’Inventaire
Région Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes.

Par un collectif d’historiens, historiens d’art et archéologues : David Souny, Agnès Marin, Pierre Garrigou Grandchamp, Frédéric Boutoulle
Avec la collaboration de : Pierre Régaldo-Saint Blancard et Anne-Laure Napoléone
Photographe : Adrienne Barroche
Dessinateur : Lionel Duigou

Collection Cahiers du patrimoine
324 pages, 349 illustrations
Grand format : 21 x 27 cm
Couverture cartonnée avec jaquette

Si la renommée de Saint-Émilion s’est fondée sur la réputation de ses vins, sur la qualité de ses paysages et sur ses monuments religieux, un patrimoine plus discret et tout aussi remarquable demeure méconnu : le bâti civil et l’architecture domestique de la cité médiévale. Il suffit pourtant d’une simple déambulation pour percevoir ici et là, au détour des rues et des escaliers de la ville, des vestiges d’habitations datant du Moyen Âge, dont la densité ne laisse pas de surprendre.
Fruit d’un travail collectif associant historiens, historiens d’art et archéologues, l’ouvrage révèle cette architecture en la replaçant dans son contexte urbain médiéval. La diffusion des équipements d’hygiène et de confort étonne, comme les preuves d’équipements collectifs de drainage et d’assainissement. Au delà de la compréhension de l’architecture civile, c’est tout le quotidien des Saint-Émilionnais du Moyen Âge et leur cadre de vie parfois raffiné qui se révèlent aux lecteurs.
La forte concentration de ces vestiges sur les XIIe et XIIIe siècles met en lumière l’apogée d’une ville dont tout indique qu’elle avait alors atteint, au terme d’une forte croissance démographique et économique, la deuxième place dans la hiérarchie urbaine du Bordelais.

DP1 DP2 DP3

Il n’y a rien de plus frustrant qu’une publication d’histoire dont le thème traité l’est sous un angle que l’on devine militant et qui du coup, annihile toute possibilité de comprendre de quoi il retourne vraiment. Explication : sur le site du libraire Mollat, l’un de nous est tombé sur l’ouvrage « Femnas e domnas occitanes des XIIe et XIIIe siècles, états et étapes de la vie des femmes » dans la catégorie Histoire et culture en Aquitaine. Voici le résumé et la 4e de couverture :

« Résumé :
Aborde les états et les étapes de la vie des femmes occitanes au cours du XIIe et du XIIIe siècle par les divers domaines où elles interviennent, que ce soit dans la vie privée ou dans la vie publique : les femmes et la famille, les femmes et la société, les femmes et la religion, les femmes et la culture et dans la littérature…
Quatrième de couverture :
Après ce beau petit livre d’introduction sur Les Valeurs de la société de Cortesia paru à notre enseigne, après plusieurs monographies consacrées justement aux plus essentielles de ces valeurs : larguesa, paratge, mercè…, l’auteur poursuit ici sa recherche et son oeuvre tellement utile de vulgarisation. Femnas e dòmnas nous dit de la femme occitane des XIIe et XIIIe siècles ce que les textes de toute sorte nous en livrent, privilégiant bien sûr les gens d’avoir et de pouvoir, de culture savante et lettrée. Mais il arrive que le peuple force la porte de l’écrit. De toute façon, on ne peut que prendre acte des silences de l’Histoire ou des préjugés des scribes et traquer le moindre signe permettant d’y échapper. Ce que fait l’auteur dans un livre, en sa taille modeste aussi complet que possible et adressé à tous. « 

A aucun moment, il y a une mise en avant de l’emprise géographique traitée, si ce n’est un sibyllin « occitanes », notion anachronique aux XIIe et XIIIe siècles (choix de l’auteur? de l’éditeur?). On aurait pu penser à un moment qu’il s’agissait du Midi toulousain, mais le fait que la maison d’édition soit en Limousin et le livre classé dans la catégorie Aquitaine, sont autant d’arguments allant en sens contraire. Galère! Et que penser de « femnas » quand gascons de la plaine et de Béarn auraient écrit « hemnas »? Orthographe occitane normalisée ou indice sur la zone géographique traitée (avec un « f » initital, Midi toulousain ou nord et est de l’ensemble d’Oc)?

Que l’on milite pour la réhabilitation des cultures du sud (…à travers le prisme souvent déformant d’une Occitanie fantasmée et historiquement irréelle), pourquoi pas, mais à condition que les publications historiques qui en découlent soient un minimum précises dans les données mises en avant pour leur vente.

Lien vers l’ouvrage dont le thème reste pourtant ô combien intéressant pour peu que l’on sache de quelle zone il s’agit :

http://www.mollat.com/livres/stenta-michele-femnas-domnas-occitanes-des-xiie-xiiie-siecles-etats-etapes-vie-des-femmes-9782913238497.html

Le quotidien Sud Ouest propose, à l’occasion de la réédition d’un classique, de revenir sur l’origine du béret. Il est quand même étrange de devoir tant s’écharper sur une supposée appartenance, à qui basque, à qui béarnais au lieu de faire de cette coiffe régionale un élément fédérateur d’une appartenance plus large, bien que moins consensuelle, celle de vascon (on se souviendra qu’un ouvrage fondateur du nouveau nationalisme basque se nomme Vasconia, écrit par Federico Krutwig, et qu’y figure une carte de ce territoire d’entre Ebre et Garonne, avec des districts aux noms basquisés, comme une incitation à relever le défi de l’union pour les uns, à justifier une hégémonie pour les autres). Basques ou Gascons, après tout, la dénomination a été commune au début du Moyen Age, et avant encore, tous étaient Aquitani. (source : http://www.sudouest.fr/2016/02/28/le-beret-revient-sur-la-table-2286101-4483.php)

Le béret est-il basque ou béarnais ?

Le béret, un des symboles des Pyrénées, est systématiquement offert aux personnalités comme en novembre dernier lors du passage à Pau du président bolivien, Evo Moralès.
Le béret, un des symboles des Pyrénées, est systématiquement offert aux personnalités comme en novembre dernier lors du passage à Pau du président bolivien, Evo Moralès. ©

archives jj sentucq

La réédition du livre du Landais René Cuzacq mettra-t-elle enfin d’accord tout le monde sur l’origine du béret ? Basque ou béarnaise ? Un débat fondamental.

Faut-il porter le béret sur la droite ou sur la gauche ? En avant ou en arrière ? Peu importe. Une seule question compte : le couvre-chef est-il basque ou béarnais ? Le débat fondamental est aujourd’hui tranché. Et c’est un Landais qui met tout le monde d’accord.

Auteur de deux études sur le sujet, en 1941 et 1951, René Cuzacq, en bon Gascon, ne se mouille pas. Selon lui, l’origine est… pyrénéenne ! Sans pour autant dédouaner les Basques et les Béarnais d’avoir activement participé à l’émergence d’un des symboles les plus forts de la France. La réédition de son livre, une bible introuvable depuis plusieurs années (1), permet néanmoins d’en savoir davantage.

Réglons l’essentiel une bonne fois pour toutes. Les métropoles historiques de la fabrication des bérets sont belles et bien béarnaises. Nay et Oloron, suivie, plus tard, de Mirepeix ont permis au département de produire autour d’un million de bérets par an à partir de 1918. Transformés progressivement en usine, les ateliers y employaient beaucoup de main-d’œuvre.

Le concurrent de la casquette

René Cuzacq rappelle que le concurrent de la casquette anglaise passait dans dix-huit mains différentes avant d’être vendu. À Nay, la première unité de production de bérets issue d’une longue tradition textile, remonte à 1830. C’était celle de Prosper Blancq. La situation d’Oloron est, semble-t-il, comparable et assure le lien avec le temps où on y fabriquait des bonnets ronds, rue Labarraque.

Que nous dit René Cuzacq, en revanche, sur la production basque ? Il ne rejoint pas l’idée d’un héritage des guerres carlistes nées de la succession de Ferdinand VII d’Espagne, dès la première moitié du XIXe siècle. « Le béret est une chose pyrénéenne. Il était tricoté à la maison : exactement comme par le berger de la Lande. Si la célébrité du Pays basque lui a donné son nom (venu certainement de Paris avec la réputation grandissante de nos régions), nul doute que des Landes aux Pyrénées, on n’ait de tout temps porté le béret par une tradition continue qui aboutit au béret basque », écrit l’auteur.

Il ne minimise pas, par ailleurs, le rôle des Béarnais, notamment dans la fixation des formes alors que le béret était déjà depuis longtemps la coiffure caractéristique de l’identité du Sud-Ouest.

Premières traces en 1531

D’aucuns le présentaient pourtant comme provenant de Grèce. Les Romains s’en servaient pour se couvrir dans l’amphithéâtre. Les Phéniciens l’auraient apporté au Pays basque. René Cuzacq relève aussi la légende selon laquelle les soldats de Napoléon l’avaient retrouvé chez les Russes de Pologne. « Dans l’histoire du béret, il est difficile de remonter plus que les XVe et XVIe siècle », raconte le Landais. Il cite le témoignage d’un pèlerin de Saint-Jacques à la fin du XVe siècle. Le texte est accompagné d’un dessin où un homme porte une toque noire.

René Cuzacq n’y voit pas la naissance du béret. Mais peut-être bien le début d’une évolution. Même si on retrouve une forme de béret dès 1280 sur le portail de l’église de Bellocq, Cuzacq préfère placer la première trace du mot béret « dans les archives de Bayonne », entre 1531 et 1538. L’inventaire de Pès de Camyade évoque ainsi un béret noir à deux revers. Mais en vérité, les couleurs ont régulièrement changé.

Rouge et bleu

En 1549, la rencontre entre Gramont et le roi de Navarre s’organise en compagnie de « 2 000 vassaux en bérets noirs ». Chose surprenante : les Béarnais avaient participé à la réception en… « bérets rouges » ! En 1660 les matelots des chaloupes qui accueillaient Louis XIV à Bayonne avaient aussi des bonnets rouges. Bien plus tard, en 1788, ces mêmes bérets rouges portés dans la région de Monein poussent le voyageur Arthur Young à faire un lien avec l’Écosse.

À la même période, un régiment fondé par le chevalier basque de Béla porte le béret « bleu de ciel à la Navarraise. » Une couleur reprise dans la « Statistique du département des Basses-Pyrénées » au début du XIXe siècle.

À lire René Cuzacq, on peut en déduire que le noir a fini par s’imposer après 1914, quand le béret a définitivement conquis les cœurs et surtout les têtes. C’est bien en tout cas le gascon qui emploie le terme de « berret », même si « lou capèt » a survécu au temps. René Cuzacq rappelle d’ailleurs que les premières éditions du dictionnaire de l’Académie ignorait totalement le béret.

(1) « Petite histoire du béret basque » aux éditions des régionalismes (11,95 €)

Une très bonne nouvelle se répand peu à peu dans le milieu des historiens aquitains depuis quelques mois : la ville de Mont-de-Marsan va bénéficier d’une refonte de son Atlas Historique. Vaste entreprise lancée avec la bénédiction du CNRS et avec le relais décisif de la faculté d’Histoire de Bordeaux 3 il y a plusieurs dizaines d’années (on retiendra le rôle déterminant du CROS, du médiéviste Charles Higounet et de son élève et successeur Jean-Bernard Marquette), les Atlas ancienne version se présentaient sous la forme de fascicules au format peu commode dans leur chemise cartonnée vert pâle, mais néanmoins fabuleux. En quelques grandes pages se trouvaient rassemblées une foule de données factuelles sur le passé de la ville choisie, suivie d’une bibliographie. Surtout, un plan de la ville traitée, travaillé à partir du cadastre napoléonien où par un code couleur habile permettait de voir se superposer les grands remaniements du tissu urbain. De la géographie historique dans sa meilleure illustration.

On se souviendra que beaucoup d’entre nous ont pu compléter leur collection d’Atlas par le biais des soldes des éditions Ausonius installées à l’Archéopôle de la Maison de l’Archéologie, sur le campus de Pessac-Talence. Surtout, les habitués de ce support ont vu l’évolution considérable entreprise avec la sortie des ouvrages consacrés à Orthez et Oloron-Sainte-Marie, puis Bordeaux : loin du format fascicule, peut-être effrayant pour le grand public, nous avons désormais entre les mains de véritables livres, richement illustrés, au papier épais, glacé, prêt à affronter de nombreux feuilletages. Et encore mieux : ils sont facilement insérables dans la bibliothèque ! (les possesseurs des anciennes versions comprendront…)

Mont-de-Marsan donc, va voir une version actualisée de son Atlas (l’ancienne version peut être consultée ici). Et pour cause : depuis les années 80, Mont-de-Marsan est la ville dont le bourg castral a bénéficié de la plus grande surface fouillée dans des opérations d’archéologie préventive en sud Aquitaine. Autant d’infos sur la trame urbaine et son évolution. Il convient quand même de préciser que deux ouvrages étaient venus compléter les données sur l’histoire ancienne de la ville :

_ PAPY Louis et Michel, Histoire de Mont-de-Marsan : des origines à 1800, Tome 1, Mont-de-Marsan, Éd. interuniversitaires, 1994 (il n’y eut jamais de tome 2)

_ PAPY Michel (Textes réuni