Il n’y a rien de plus frustrant qu’une publication d’histoire dont le thème traité l’est sous un angle que l’on devine militant et qui du coup, annihile toute possibilité de comprendre de quoi il retourne vraiment. Explication : sur le site du libraire Mollat, l’un de nous est tombé sur l’ouvrage « Femnas e domnas occitanes des XIIe et XIIIe siècles, états et étapes de la vie des femmes » dans la catégorie Histoire et culture en Aquitaine. Voici le résumé et la 4e de couverture :

« Résumé :
Aborde les états et les étapes de la vie des femmes occitanes au cours du XIIe et du XIIIe siècle par les divers domaines où elles interviennent, que ce soit dans la vie privée ou dans la vie publique : les femmes et la famille, les femmes et la société, les femmes et la religion, les femmes et la culture et dans la littérature…
Quatrième de couverture :
Après ce beau petit livre d’introduction sur Les Valeurs de la société de Cortesia paru à notre enseigne, après plusieurs monographies consacrées justement aux plus essentielles de ces valeurs : larguesa, paratge, mercè…, l’auteur poursuit ici sa recherche et son oeuvre tellement utile de vulgarisation. Femnas e dòmnas nous dit de la femme occitane des XIIe et XIIIe siècles ce que les textes de toute sorte nous en livrent, privilégiant bien sûr les gens d’avoir et de pouvoir, de culture savante et lettrée. Mais il arrive que le peuple force la porte de l’écrit. De toute façon, on ne peut que prendre acte des silences de l’Histoire ou des préjugés des scribes et traquer le moindre signe permettant d’y échapper. Ce que fait l’auteur dans un livre, en sa taille modeste aussi complet que possible et adressé à tous. « 

A aucun moment, il y a une mise en avant de l’emprise géographique traitée, si ce n’est un sibyllin « occitanes », notion anachronique aux XIIe et XIIIe siècles (choix de l’auteur? de l’éditeur?). On aurait pu penser à un moment qu’il s’agissait du Midi toulousain, mais le fait que la maison d’édition soit en Limousin et le livre classé dans la catégorie Aquitaine, sont autant d’arguments allant en sens contraire. Galère! Et que penser de « femnas » quand gascons de la plaine et de Béarn auraient écrit « hemnas »? Orthographe occitane normalisée ou indice sur la zone géographique traitée (avec un « f » initital, Midi toulousain ou nord et est de l’ensemble d’Oc)?

Que l’on milite pour la réhabilitation des cultures du sud (…à travers le prisme souvent déformant d’une Occitanie fantasmée et historiquement irréelle), pourquoi pas, mais à condition que les publications historiques qui en découlent soient un minimum précises dans les données mises en avant pour leur vente.

Lien vers l’ouvrage dont le thème reste pourtant ô combien intéressant pour peu que l’on sache de quelle zone il s’agit :

http://www.mollat.com/livres/stenta-michele-femnas-domnas-occitanes-des-xiie-xiiie-siecles-etats-etapes-vie-des-femmes-9782913238497.html

Le quotidien Sud Ouest propose, à l’occasion de la réédition d’un classique, de revenir sur l’origine du béret. Il est quand même étrange de devoir tant s’écharper sur une supposée appartenance, à qui basque, à qui béarnais au lieu de faire de cette coiffe régionale un élément fédérateur d’une appartenance plus large, bien que moins consensuelle, celle de vascon (on se souviendra qu’un ouvrage fondateur du nouveau nationalisme basque se nomme Vasconia, écrit par Federico Krutwig, et qu’y figure une carte de ce territoire d’entre Ebre et Garonne, avec des districts aux noms basquisés, comme une incitation à relever le défi de l’union pour les uns, à justifier une hégémonie pour les autres). Basques ou Gascons, après tout, la dénomination a été commune au début du Moyen Age, et avant encore, tous étaient Aquitani. (source : http://www.sudouest.fr/2016/02/28/le-beret-revient-sur-la-table-2286101-4483.php)

Le béret est-il basque ou béarnais ?

Le béret, un des symboles des Pyrénées, est systématiquement offert aux personnalités comme en novembre dernier lors du passage à Pau du président bolivien, Evo Moralès.
Le béret, un des symboles des Pyrénées, est systématiquement offert aux personnalités comme en novembre dernier lors du passage à Pau du président bolivien, Evo Moralès. ©

archives jj sentucq

La réédition du livre du Landais René Cuzacq mettra-t-elle enfin d’accord tout le monde sur l’origine du béret ? Basque ou béarnaise ? Un débat fondamental.

Faut-il porter le béret sur la droite ou sur la gauche ? En avant ou en arrière ? Peu importe. Une seule question compte : le couvre-chef est-il basque ou béarnais ? Le débat fondamental est aujourd’hui tranché. Et c’est un Landais qui met tout le monde d’accord.

Auteur de deux études sur le sujet, en 1941 et 1951, René Cuzacq, en bon Gascon, ne se mouille pas. Selon lui, l’origine est… pyrénéenne ! Sans pour autant dédouaner les Basques et les Béarnais d’avoir activement participé à l’émergence d’un des symboles les plus forts de la France. La réédition de son livre, une bible introuvable depuis plusieurs années (1), permet néanmoins d’en savoir davantage.

Réglons l’essentiel une bonne fois pour toutes. Les métropoles historiques de la fabrication des bérets sont belles et bien béarnaises. Nay et Oloron, suivie, plus tard, de Mirepeix ont permis au département de produire autour d’un million de bérets par an à partir de 1918. Transformés progressivement en usine, les ateliers y employaient beaucoup de main-d’œuvre.

Le concurrent de la casquette

René Cuzacq rappelle que le concurrent de la casquette anglaise passait dans dix-huit mains différentes avant d’être vendu. À Nay, la première unité de production de bérets issue d’une longue tradition textile, remonte à 1830. C’était celle de Prosper Blancq. La situation d’Oloron est, semble-t-il, comparable et assure le lien avec le temps où on y fabriquait des bonnets ronds, rue Labarraque.

Que nous dit René Cuzacq, en revanche, sur la production basque ? Il ne rejoint pas l’idée d’un héritage des guerres carlistes nées de la succession de Ferdinand VII d’Espagne, dès la première moitié du XIXe siècle. « Le béret est une chose pyrénéenne. Il était tricoté à la maison : exactement comme par le berger de la Lande. Si la célébrité du Pays basque lui a donné son nom (venu certainement de Paris avec la réputation grandissante de nos régions), nul doute que des Landes aux Pyrénées, on n’ait de tout temps porté le béret par une tradition continue qui aboutit au béret basque », écrit l’auteur.

Il ne minimise pas, par ailleurs, le rôle des Béarnais, notamment dans la fixation des formes alors que le béret était déjà depuis longtemps la coiffure caractéristique de l’identité du Sud-Ouest.

Premières traces en 1531

D’aucuns le présentaient pourtant comme provenant de Grèce. Les Romains s’en servaient pour se couvrir dans l’amphithéâtre. Les Phéniciens l’auraient apporté au Pays basque. René Cuzacq relève aussi la légende selon laquelle les soldats de Napoléon l’avaient retrouvé chez les Russes de Pologne. « Dans l’histoire du béret, il est difficile de remonter plus que les XVe et XVIe siècle », raconte le Landais. Il cite le témoignage d’un pèlerin de Saint-Jacques à la fin du XVe siècle. Le texte est accompagné d’un dessin où un homme porte une toque noire.

René Cuzacq n’y voit pas la naissance du béret. Mais peut-être bien le début d’une évolution. Même si on retrouve une forme de béret dès 1280 sur le portail de l’église de Bellocq, Cuzacq préfère placer la première trace du mot béret « dans les archives de Bayonne », entre 1531 et 1538. L’inventaire de Pès de Camyade évoque ainsi un béret noir à deux revers. Mais en vérité, les couleurs ont régulièrement changé.

Rouge et bleu

En 1549, la rencontre entre Gramont et le roi de Navarre s’organise en compagnie de « 2 000 vassaux en bérets noirs ». Chose surprenante : les Béarnais avaient participé à la réception en… « bérets rouges » ! En 1660 les matelots des chaloupes qui accueillaient Louis XIV à Bayonne avaient aussi des bonnets rouges. Bien plus tard, en 1788, ces mêmes bérets rouges portés dans la région de Monein poussent le voyageur Arthur Young à faire un lien avec l’Écosse.

À la même période, un régiment fondé par le chevalier basque de Béla porte le béret « bleu de ciel à la Navarraise. » Une couleur reprise dans la « Statistique du département des Basses-Pyrénées » au début du XIXe siècle.

À lire René Cuzacq, on peut en déduire que le noir a fini par s’imposer après 1914, quand le béret a définitivement conquis les cœurs et surtout les têtes. C’est bien en tout cas le gascon qui emploie le terme de « berret », même si « lou capèt » a survécu au temps. René Cuzacq rappelle d’ailleurs que les premières éditions du dictionnaire de l’Académie ignorait totalement le béret.

(1) « Petite histoire du béret basque » aux éditions des régionalismes (11,95 €)

Une très bonne nouvelle se répand peu à peu dans le milieu des historiens aquitains depuis quelques mois : la ville de Mont-de-Marsan va bénéficier d’une refonte de son Atlas Historique. Vaste entreprise lancée avec la bénédiction du CNRS et avec le relais décisif de la faculté d’Histoire de Bordeaux 3 il y a plusieurs dizaines d’années (on retiendra le rôle déterminant du CROS, du médiéviste Charles Higounet et de son élève et successeur Jean-Bernard Marquette), les Atlas ancienne version se présentaient sous la forme de fascicules au format peu commode dans leur chemise cartonnée vert pâle, mais néanmoins fabuleux. En quelques grandes pages se trouvaient rassemblées une foule de données factuelles sur le passé de la ville choisie, suivie d’une bibliographie. Surtout, un plan de la ville traitée, travaillé à partir du cadastre napoléonien où par un code couleur habile permettait de voir se superposer les grands remaniements du tissu urbain. De la géographie historique dans sa meilleure illustration.

On se souviendra que beaucoup d’entre nous ont pu compléter leur collection d’Atlas par le biais des soldes des éditions Ausonius installées à l’Archéopôle de la Maison de l’Archéologie, sur le campus de Pessac-Talence. Surtout, les habitués de ce support ont vu l’évolution considérable entreprise avec la sortie des ouvrages consacrés à Orthez et Oloron-Sainte-Marie, puis Bordeaux : loin du format fascicule, peut-être effrayant pour le grand public, nous avons désormais entre les mains de véritables livres, richement illustrés, au papier épais, glacé, prêt à affronter de nombreux feuilletages. Et encore mieux : ils sont facilement insérables dans la bibliothèque ! (les possesseurs des anciennes versions comprendront…)

Mont-de-Marsan donc, va voir une version actualisée de son Atlas (l’ancienne version peut être consultée ici). Et pour cause : depuis les années 80, Mont-de-Marsan est la ville dont le bourg castral a bénéficié de la plus grande surface fouillée dans des opérations d’archéologie préventive en sud Aquitaine. Autant d’infos sur la trame urbaine et son évolution. Il convient quand même de préciser que deux ouvrages étaient venus compléter les données sur l’histoire ancienne de la ville :

_ PAPY Louis et Michel, Histoire de Mont-de-Marsan : des origines à 1800, Tome 1, Mont-de-Marsan, Éd. interuniversitaires, 1994 (il n’y eut jamais de tome 2)

_ PAPY Michel (Textes réunis et présentés par), Autour de l’ancien Marsan, actes du colloque de Mont-de-Marsan du 5 novembre 1994, Mont-de-Marsan, Éd. interuniversitaires, 1997

sans compter un travail titanesque, bien que non publié :

_ FRITZ Jeanne-Marie, Histoire, occupation du sol et peuplement de la Vicomté de Marsan des origines à sa réunion aux domaines de la couronne (1607), Thèse de doctorat (Bordeaux 3 ; directeur de thèse : Jean-Bernard Marquette), 5 volumes, 2001.

L’archéologue et historienne béarnaise Anne Berdoy, connue notamment pour ses travaux sur les castelnaux de Chalosse et sur l’industrie potière médiévale et moderne de Garos et Bouillon (64) a présenté il y a peu la nouvelle version à venir. Le quotidien Sud-Ouest s’est fait l’écho également de cette parution future qui ne manquera pas d’être un évènement majeur des publications en histoire régionale en 2017 (source : http://www.sudouest.fr/2016/02/25/l-atlas-historique-travail-de-titan-bien-excitantprojet-a-l-echelle-europeenne-2283351-3452.php) :

Mont-de-Marsan : d’ici 2017, toute l’histoire de la ville en plans et en cartes

Cet ouvrage sera l’occasion de se rappeler que le centre-ville commerçant a été construit sur des couvents. Ici, la rosace de celui des Cordeliers, dans l’arrière-boutique d’un magasin de prêt-à-porter de la rue Gambetta.
Cet ouvrage sera l’occasion de se rappeler que le centre-ville commerçant a été construit sur des couvents. Ici, la rosace de celui des Cordeliers, dans l’arrière-boutique d’un magasin de prêt-à-porter de la rue Gambetta. ©

archives nicolas le lièvre

Des historiens travaillent à enrichir « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan » publié en 1982. Une somme qui permet de suivre en cartes l’évolution de la ville

Un théâtre municipal qui a pris la place du premier monument de la ville, le Château Vieux du vicomte Pierre de Marsan. Une préfecture et un tribunal construits sur des couvents. Les emplacements des tenailles, les anciennes fortifications de Mont-de-Marsan, des anciennes boucheries, des poids et mesures. Carte après carte, monographie de monument après monographie, voilà ce que va révéler, d’ici fin 2017, la nouvelle édition de « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan ».

Trente-cinq ans après sa première parution, en 1982, l’ouvrage est en train d’être retravaillé par une équipe d’une dizaine d’historiens pour reparaître dans une version enrichie, plus agréable à lire. Un travail de titan réactualisé et remis au goût du jour.

Intérêt et plaisir

« Pas de quoi fouetter un chat », maugréera la grande majorité des Montois, peu enclins à se coltiner des ouvrages d’histoire et encore moins d’histoire locale. Eh bien ils auront tort ! Les habitants d’une ville devraient connaître en détail la cité qu’ils vivent au quotidien. Cet atlas historique devrait les y aider.

La base de l’ouvrage restera, comme il y a trente-cinq ans, le cadastre de la ville. Un cadastre, c’est l’ensemble des plans et fichiers administratifs qui recensent toutes les propriétés immobilières situées sur chaque commune et qui en consigne leur valeur afin de servir de base de calcul aux impôts. « Celui de Mont-de-Marsan date de 1811 », précise Jeanne-Marie Fritz, ancienne professeur d’histoire-géographie et docteur en histoire, qui participe à ce travail de modernisation de l’atlas. « Oui mais encore ? Toujours rien de bien sexy à l’horizon », soutiendront les Montois réfractaires à l’histoire.

Il suffit de feuilleter l’atlas – nouvelle version – consacré à Bordeaux pour prendre conscience du travail accompli par les équipes de chercheurs. Et aussi de l’intérêt et du plaisir que peut apporter la lecture d’un tel ouvrage. Avec « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan », le lecteur aura, entre les mains, « une vision chronologique complète, un bilan des connaissances dont on dispose sur l’histoire de sa ville », explique Jeanne-Marie Fritz.

Une couleur par époque

Du violet pour l’antiquité, du rouge pour le moyen âge, de l’orange pour l’époque moderne, du vert pour l’époque contemporaine… Sur le cadastre viendront se superposer les différentes emprises des monuments – encore existants, en partie conservés ou disparus – érigés au cours des siècles. L’histoire en tant qu’accumulation de strates, année après année, siècle après siècle, devient tangible, visible, presque palpable. De quoi faire taire tous les réfractaires, dont une partie doit pourtant jouer aux innombrables jeux en ligne, sur Internet, qui invitent à construire sa ville, pierre après pierre, époque après époque.

Pendant encore plus d’un an, coordonnés par Anne Berdoy, historienne et archéologue, des spécialistes de la protohistoire, du XIXe siècle, de l’urbanisme du XXe siècle, de l’habitat civil, de la géomorphologie, etc., vont travailler à mettre en forme les dernières découvertes historiques et archéologiques.

« En plus des différents plans tirés du cadastre et commentés de la version de 1982, le lecteur disposera d’une notice pour chacun des 90 monuments montois référencés et d’une notice générale qui permettra de synthétiser toute l’histoire de la ville », détaille Jeanne-Marie Fritz, qui a soutenu sa thèse sur l’histoire du Marsan.

De quoi apprendre et voir, « cartes sur table », que le couvent des Cordeliers est bien caché entre les rues Saint-François, Gambetta, Frédéric-Bastiat et des Cordeliers. Qu’un autre couvent, celui des Clarisses, se cache sous le parking de la Douze, etc.

On marche, on vit, on consomme sur des bouts d’histoire mais on ne le sait pas.

Projet à l’échelle européenne

Publié en 1982 et bientôt réédité (en 2017), « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan » fait partie d’une collection qui relève de la Commission internationale pour l’histoire des villes. Traumatisée par les destructions de monuments et d’archives au cœur de la Seconde Guerre mondiale, cette commission lance un programme de cartographie historique des villes à l’échelle européenne, auquel s’associe la France.

Basé notamment sur les sources cadastrales napoléoniennes et bénéficiant des acquis des atlas anglais (1969) et allemands (1972), le modèle d’atlas français commence à être bâti à partir de 1973 sous l’égide de Philippe Wolff, professeur à l’université de Toulouse, et de Charles Higounet, professeur à l’université de Bordeaux. Entre 1982 et 2007, 48 atlas sont produits et publiés par le CNRS dont ceux de Mont-de-Marsan, Saint-Sever, Nérac, Marmande, Agen, Villeneuve-sur-Lot, Bayonne, La Réole, Pau.

Depuis 2003, Bordeaux, Orthez et Oloron-Sainte-Marie ont déjà vu publier leur atlas en version modernisé, par les éditions Ausionus de l’université de Bordeaux Montaigne.

Les éditions Abélio font appel à financement participatif pour la publication d’un ouvrage archéologique prometteur sur le patrimoine antique du Comminges (Haute-Garonne) :

Les éditions Abélio et leur équipe de bénévoles veulent partager leurs passions pour l’histoire et les arts graphiques en Comminges.

Pour financer notre prochain ouvrage « Dis Manibus – Images et représentations de la mort dans le Comminges antique », écrit par Jean-Luc Schenck-David (conservateur du musée de St-Bertrand-de-Comminges) et illustré par Philippe Lhez, nous faisons appel à vous dans le cadre d’un financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank. Cet ouvrage d’archéologie évoquant l’antiquité romaine au cœur des Pyrénées a été écrit par l’un des meilleurs spécialistes du sujet et illustré par un aquarelliste tout aussi talentueux dans son domaine.

Nous avons besoin de votre soutien !

Le principe du financement participatif est simple : Les fonds collectés servent à éditer l’ouvrage. La pratique l’est tout autant : il suffit de se laisser guider par le site qui est très bien conçu. Pour chaque don à partir de 10 € vous avez un cadeau. La taille du cadeau est proportionnel au don bien entendu, cela allant de la série de marque pages à une œuvre originale de l’illustrateur.

Pour découvrir de manière plus détaillée le contenu de l’ouvrage rendez-vous sur

http://www.kisskissbankbank.com/dis-manibus-editions-abelio

 

Après des années d’attente, nous allons enfin pouvoir bénéficier de la publication d’un travail que quelques uns connaissaient, pour peu qu’ils aient eu accès aux bibliothèques universitaires contenant ce Graal de la céramologie régionale. Il s’agit de la tant espérée publication de la thèse de la médiéviste Anne Berdoy. Jusqu’ici, nous connaissions tous la thèse sous cette présentation bibliographique : Une société artisanale dans son environnement du moyen age à l’époque contemporaine : le centre potier béarnais de Garos et Bouillon. Thèse de doctorat en Histoire Médiévale sous la direction de Jean-Bernard Marquette. – Bordeaux : Université de Bordeaux III, 1997. – 4 vol. – 1 : texte, 349 p. ; 2 : sources, figures, planches photos, tableaux, 166 p. ; 3 : documents, 189 p. ; 4 : annexes, 32 p., fiches.

Mais ça, c’était avant.

Évidemment, une thèse n’est pas un document prévu au départ pour être publié et entreprendre sa publication signifie reprendre son travail universitaire, le réviser en écartant les formulations trop absconses, revoir le plan et parfois actualiser les données. Surtout, il faut prendre garde dans certains cas de ne pas publier trop tardivement une thèse dont le propos n’est plus cohérent au regard de la documentation actuelle. Autant dire que la démarche est compliquée et force le respect lorsqu’elle est entreprise.

Pourquoi la publication de la thèse d’Anne Berdoy constitue un évènement à part entière ? D’abord, il faut présenter son auteur. Anne Berdoy est à la fois archéologue et historienne, spécialisée sur la période médiévale. Ancienne élève du médiéviste de Jean-Bernard Marquette (lui-même élève de Charles Higounet), son domaine de recherche est essentiellement focalisé sur le peuplement de la Gascogne méridionale, principalement sa partie pyrénéenne, avec des thématiques comme les castelnaux, les maisons fortes, les abbayes laïques etc. Ingénieur de recherche, elle est régulièrement missionnée par les collectivités territoriales ou les entreprises agréées d’archéologie préventive.

Nous parlions d’évènement. Oui, cela en est assurément un : le centre potier de Garos et Bouillon (64) a produit en continu plusieurs siècles, entre la fin du Moyen Age et l’orée de la période contemporaine. Loin d’être confidentielle, cette production a inondé les lieux de peuplement du piémont nord-occidental des Pyrénées, débordant allègrement sur les Landes dans leur partie chalossaise. Plus encore, des céramiques de Garos et Bouillon ont traversé l’Atlantique avec migrants ou négociants rejoignant les terres lointaines du Québec. Autant dire qu’une étude détaillée de la production, dans les moyens mis en oeuvre, dans les formes élaborées mais aussi dans sa perspective ethnographique est et restera une référence pour longtemps encore tant ce travail est important pour sa perspective documentaire que pour sa portée exemplaire. Espérons qu’il incite d’autres chercheurs à agir de même (nous avons au moins un autre grand centre potier en tête en écrivant cela…) en s’inspirant du travail d’Anne Berdoy. Bref, en deux mots ACHETEZ LA !

SouscriptionPotieres_Page_1Des potières et leurs maris : histoire d’un artisanat en Béarn (XIIIe-XXe s.), par Anne BERDOY, 356p., éditions MONHELIOS, Pau, 2015.

Voici le sommaire de l’ouvrage :

TABLE DES MATIÈRES
Préface de François FICHET DE CLAIRFONTAINE, inspecteur général des patrimoines.
Avant-propos
Introduction

GAROS ET BOUILLON, DEUX VILLAGES DU SOUBESTRE, EN BÉARN
« Des coteaux affreux et de petits ruisseaux »
« Étant le dit lieu situé et presque le plus près des limites de France »
Mise en valeur et peuplements médiévaux
Une densification progressive de l’habitat durant l’Époque Moderne

CADRES CHRONOLOGIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE L’ACTIVITÉ POTIÈRE
Du Moyen Âge au XXe siècle
« De temps immémorial ». — L’origine médiévale de l’activité potière à Garos et Bouillon. — La permanence de l’activité
potière jusqu’au XXe siècle.
Dans un espace géographiquement restreint
Des ressources naturelles propices aux artisanats de terre cuite. — La dispersion géographique des tuileries.
— Une activité potière strictement limitée à Garos et Bouillon.

LES CARACTÈRES ARCHAÏQUES D’UN ARTISANAT…
Une activité hors de tout cadre spécialisé
Le four, élément clef de l’officine. — Le four à proximité de la maison. — Quand officine et maison se confondent.
— L’absence d’espace spécialisé.
Une activité familiale dominée par les femmes
Chef de famille, ascendants, collatéraux… — Potières et potiers.
Une activité complémentaire au revenu principal de la maison
Le mari de la potière, paysan, charpentier ou cabaretier. — La coexistence d’activités différentes au sein d’une
maison-officine. — La poterie, une activité complémentaire.
Des outils rudimentaires
La tournette. — Un four à chambre unique.

… AUX DIMENSIONS D’UNE PRODUCTION SPÉCIALISÉE
Une concentration de personnes occupées à une même activité
De nombreuses officines. — Le poids de la communauté potière.
Des productions de qualité
Un type de grès…. — … aux avantages reconnus.
Des productions destinées à un marché
La réponse aux attentes des utilisateurs. — La diffusion des productions. — La place prépondérante des topins.

LES RAISONS D’UN PARADOXE
Des techniques adaptées à une production
L’alchimie de la pâte. — L’art du façonnage. — La conduite du feu. — Un état de plénitude technique.
L’équilibre d’un artisanat spécialisé non professionnel
Pour conclure

CATALOGUE DES FORMES IDENTIFIÉES À CE JOUR (XIIIe-XXe siècle)

CATALOGUE DES « MAISONS POTIÈRES » (XVIe-XXe siècle)

Sources
Bibliographie
Index des centres potiers cités
Crédits photographiques