Il n’y a rien de plus frustrant qu’une publication d’histoire dont le thème traité l’est sous un angle que l’on devine militant et qui du coup, annihile toute possibilité de comprendre de quoi il retourne vraiment. Explication : sur le site du libraire Mollat, l’un de nous est tombé sur l’ouvrage « Femnas e domnas occitanes des XIIe et XIIIe siècles, états et étapes de la vie des femmes » dans la catégorie Histoire et culture en Aquitaine. Voici le résumé et la 4e de couverture :

« Résumé :
Aborde les états et les étapes de la vie des femmes occitanes au cours du XIIe et du XIIIe siècle par les divers domaines où elles interviennent, que ce soit dans la vie privée ou dans la vie publique : les femmes et la famille, les femmes et la société, les femmes et la religion, les femmes et la culture et dans la littérature…
Quatrième de couverture :
Après ce beau petit livre d’introduction sur Les Valeurs de la société de Cortesia paru à notre enseigne, après plusieurs monographies consacrées justement aux plus essentielles de ces valeurs : larguesa, paratge, mercè…, l’auteur poursuit ici sa recherche et son oeuvre tellement utile de vulgarisation. Femnas e dòmnas nous dit de la femme occitane des XIIe et XIIIe siècles ce que les textes de toute sorte nous en livrent, privilégiant bien sûr les gens d’avoir et de pouvoir, de culture savante et lettrée. Mais il arrive que le peuple force la porte de l’écrit. De toute façon, on ne peut que prendre acte des silences de l’Histoire ou des préjugés des scribes et traquer le moindre signe permettant d’y échapper. Ce que fait l’auteur dans un livre, en sa taille modeste aussi complet que possible et adressé à tous. « 

A aucun moment, il y a une mise en avant de l’emprise géographique traitée, si ce n’est un sibyllin « occitanes », notion anachronique aux XIIe et XIIIe siècles (choix de l’auteur? de l’éditeur?). On aurait pu penser à un moment qu’il s’agissait du Midi toulousain, mais le fait que la maison d’édition soit en Limousin et le livre classé dans la catégorie Aquitaine, sont autant d’arguments allant en sens contraire. Galère! Et que penser de « femnas » quand gascons de la plaine et de Béarn auraient écrit « hemnas »? Orthographe occitane normalisée ou indice sur la zone géographique traitée (avec un « f » initital, Midi toulousain ou nord et est de l’ensemble d’Oc)?

Que l’on milite pour la réhabilitation des cultures du sud (…à travers le prisme souvent déformant d’une Occitanie fantasmée et historiquement irréelle), pourquoi pas, mais à condition que les publications historiques qui en découlent soient un minimum précises dans les données mises en avant pour leur vente.

Lien vers l’ouvrage dont le thème reste pourtant ô combien intéressant pour peu que l’on sache de quelle zone il s’agit :

http://www.mollat.com/livres/stenta-michele-femnas-domnas-occitanes-des-xiie-xiiie-siecles-etats-etapes-vie-des-femmes-9782913238497.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation