Une très bonne nouvelle se répand peu à peu dans le milieu des historiens aquitains depuis quelques mois : la ville de Mont-de-Marsan va bénéficier d’une refonte de son Atlas Historique. Vaste entreprise lancée avec la bénédiction du CNRS et avec le relais décisif de la faculté d’Histoire de Bordeaux 3 il y a plusieurs dizaines d’années (on retiendra le rôle déterminant du CROS, du médiéviste Charles Higounet et de son élève et successeur Jean-Bernard Marquette), les Atlas ancienne version se présentaient sous la forme de fascicules au format peu commode dans leur chemise cartonnée vert pâle, mais néanmoins fabuleux. En quelques grandes pages se trouvaient rassemblées une foule de données factuelles sur le passé de la ville choisie, suivie d’une bibliographie. Surtout, un plan de la ville traitée, travaillé à partir du cadastre napoléonien où par un code couleur habile permettait de voir se superposer les grands remaniements du tissu urbain. De la géographie historique dans sa meilleure illustration.

On se souviendra que beaucoup d’entre nous ont pu compléter leur collection d’Atlas par le biais des soldes des éditions Ausonius installées à l’Archéopôle de la Maison de l’Archéologie, sur le campus de Pessac-Talence. Surtout, les habitués de ce support ont vu l’évolution considérable entreprise avec la sortie des ouvrages consacrés à Orthez et Oloron-Sainte-Marie, puis Bordeaux : loin du format fascicule, peut-être effrayant pour le grand public, nous avons désormais entre les mains de véritables livres, richement illustrés, au papier épais, glacé, prêt à affronter de nombreux feuilletages. Et encore mieux : ils sont facilement insérables dans la bibliothèque ! (les possesseurs des anciennes versions comprendront…)

Mont-de-Marsan donc, va voir une version actualisée de son Atlas (l’ancienne version peut être consultée ici). Et pour cause : depuis les années 80, Mont-de-Marsan est la ville dont le bourg castral a bénéficié de la plus grande surface fouillée dans des opérations d’archéologie préventive en sud Aquitaine. Autant d’infos sur la trame urbaine et son évolution. Il convient quand même de préciser que deux ouvrages étaient venus compléter les données sur l’histoire ancienne de la ville :

_ PAPY Louis et Michel, Histoire de Mont-de-Marsan : des origines à 1800, Tome 1, Mont-de-Marsan, Éd. interuniversitaires, 1994 (il n’y eut jamais de tome 2)

_ PAPY Michel (Textes réunis et présentés par), Autour de l’ancien Marsan, actes du colloque de Mont-de-Marsan du 5 novembre 1994, Mont-de-Marsan, Éd. interuniversitaires, 1997

sans compter un travail titanesque, bien que non publié :

_ FRITZ Jeanne-Marie, Histoire, occupation du sol et peuplement de la Vicomté de Marsan des origines à sa réunion aux domaines de la couronne (1607), Thèse de doctorat (Bordeaux 3 ; directeur de thèse : Jean-Bernard Marquette), 5 volumes, 2001.

L’archéologue et historienne béarnaise Anne Berdoy, connue notamment pour ses travaux sur les castelnaux de Chalosse et sur l’industrie potière médiévale et moderne de Garos et Bouillon (64) a présenté il y a peu la nouvelle version à venir. Le quotidien Sud-Ouest s’est fait l’écho également de cette parution future qui ne manquera pas d’être un évènement majeur des publications en histoire régionale en 2017 (source : http://www.sudouest.fr/2016/02/25/l-atlas-historique-travail-de-titan-bien-excitantprojet-a-l-echelle-europeenne-2283351-3452.php) :

Mont-de-Marsan : d’ici 2017, toute l’histoire de la ville en plans et en cartes

Cet ouvrage sera l’occasion de se rappeler que le centre-ville commerçant a été construit sur des couvents. Ici, la rosace de celui des Cordeliers, dans l’arrière-boutique d’un magasin de prêt-à-porter de la rue Gambetta.
Cet ouvrage sera l’occasion de se rappeler que le centre-ville commerçant a été construit sur des couvents. Ici, la rosace de celui des Cordeliers, dans l’arrière-boutique d’un magasin de prêt-à-porter de la rue Gambetta. ©

archives nicolas le lièvre

Des historiens travaillent à enrichir « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan » publié en 1982. Une somme qui permet de suivre en cartes l’évolution de la ville

Un théâtre municipal qui a pris la place du premier monument de la ville, le Château Vieux du vicomte Pierre de Marsan. Une préfecture et un tribunal construits sur des couvents. Les emplacements des tenailles, les anciennes fortifications de Mont-de-Marsan, des anciennes boucheries, des poids et mesures. Carte après carte, monographie de monument après monographie, voilà ce que va révéler, d’ici fin 2017, la nouvelle édition de « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan ».

Trente-cinq ans après sa première parution, en 1982, l’ouvrage est en train d’être retravaillé par une équipe d’une dizaine d’historiens pour reparaître dans une version enrichie, plus agréable à lire. Un travail de titan réactualisé et remis au goût du jour.

Intérêt et plaisir

« Pas de quoi fouetter un chat », maugréera la grande majorité des Montois, peu enclins à se coltiner des ouvrages d’histoire et encore moins d’histoire locale. Eh bien ils auront tort ! Les habitants d’une ville devraient connaître en détail la cité qu’ils vivent au quotidien. Cet atlas historique devrait les y aider.

La base de l’ouvrage restera, comme il y a trente-cinq ans, le cadastre de la ville. Un cadastre, c’est l’ensemble des plans et fichiers administratifs qui recensent toutes les propriétés immobilières situées sur chaque commune et qui en consigne leur valeur afin de servir de base de calcul aux impôts. « Celui de Mont-de-Marsan date de 1811 », précise Jeanne-Marie Fritz, ancienne professeur d’histoire-géographie et docteur en histoire, qui participe à ce travail de modernisation de l’atlas. « Oui mais encore ? Toujours rien de bien sexy à l’horizon », soutiendront les Montois réfractaires à l’histoire.

Il suffit de feuilleter l’atlas – nouvelle version – consacré à Bordeaux pour prendre conscience du travail accompli par les équipes de chercheurs. Et aussi de l’intérêt et du plaisir que peut apporter la lecture d’un tel ouvrage. Avec « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan », le lecteur aura, entre les mains, « une vision chronologique complète, un bilan des connaissances dont on dispose sur l’histoire de sa ville », explique Jeanne-Marie Fritz.

Une couleur par époque

Du violet pour l’antiquité, du rouge pour le moyen âge, de l’orange pour l’époque moderne, du vert pour l’époque contemporaine… Sur le cadastre viendront se superposer les différentes emprises des monuments – encore existants, en partie conservés ou disparus – érigés au cours des siècles. L’histoire en tant qu’accumulation de strates, année après année, siècle après siècle, devient tangible, visible, presque palpable. De quoi faire taire tous les réfractaires, dont une partie doit pourtant jouer aux innombrables jeux en ligne, sur Internet, qui invitent à construire sa ville, pierre après pierre, époque après époque.

Pendant encore plus d’un an, coordonnés par Anne Berdoy, historienne et archéologue, des spécialistes de la protohistoire, du XIXe siècle, de l’urbanisme du XXe siècle, de l’habitat civil, de la géomorphologie, etc., vont travailler à mettre en forme les dernières découvertes historiques et archéologiques.

« En plus des différents plans tirés du cadastre et commentés de la version de 1982, le lecteur disposera d’une notice pour chacun des 90 monuments montois référencés et d’une notice générale qui permettra de synthétiser toute l’histoire de la ville », détaille Jeanne-Marie Fritz, qui a soutenu sa thèse sur l’histoire du Marsan.

De quoi apprendre et voir, « cartes sur table », que le couvent des Cordeliers est bien caché entre les rues Saint-François, Gambetta, Frédéric-Bastiat et des Cordeliers. Qu’un autre couvent, celui des Clarisses, se cache sous le parking de la Douze, etc.

On marche, on vit, on consomme sur des bouts d’histoire mais on ne le sait pas.

Projet à l’échelle européenne

Publié en 1982 et bientôt réédité (en 2017), « L’Atlas historique de Mont-de-Marsan » fait partie d’une collection qui relève de la Commission internationale pour l’histoire des villes. Traumatisée par les destructions de monuments et d’archives au cœur de la Seconde Guerre mondiale, cette commission lance un programme de cartographie historique des villes à l’échelle européenne, auquel s’associe la France.

Basé notamment sur les sources cadastrales napoléoniennes et bénéficiant des acquis des atlas anglais (1969) et allemands (1972), le modèle d’atlas français commence à être bâti à partir de 1973 sous l’égide de Philippe Wolff, professeur à l’université de Toulouse, et de Charles Higounet, professeur à l’université de Bordeaux. Entre 1982 et 2007, 48 atlas sont produits et publiés par le CNRS dont ceux de Mont-de-Marsan, Saint-Sever, Nérac, Marmande, Agen, Villeneuve-sur-Lot, Bayonne, La Réole, Pau.

Depuis 2003, Bordeaux, Orthez et Oloron-Sainte-Marie ont déjà vu publier leur atlas en version modernisé, par les éditions Ausionus de l’université de Bordeaux Montaigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation