Le projet d’un musée sur le site de la Minoterie à Orthez n’a pas les faveurs des instances parisiennes venues sur place qui préfèrent parler d’une surface d’exposition temporaire.

Source : http://www.sudouest.fr/2016/03/30/un-hote-de-marque-2316081-4329.php

Projet de musée à Orthez : un hôte de marque

Jean-Claude Martinez a visité la friche industrielle de l’ancienne minoterie d’Orthez hier.
Jean-Claude Martinez a visité la friche industrielle de l’ancienne minoterie d’Orthez hier. ©

photo

Le président-directeur du Louvre est venu sur le site de l’ancienne minoterie

L‘étude de faisabilité pour la réhabilitation de l’ancienne minoterie d’Orthez ne sera présentée que le 19 mai, en réunion publique. Mais les élus de la cité Fébus, qui estiment qu’une partie du destin de la ville se joue là, tâchent d’ores et déjà de susciter l’intérêt des grands décideurs susceptibles d’appuyer leur projet, à savoir la création d’un espace muséal en lieu et place de la friche industrielle, projet estimé autour de 30 millions d’euros avec le réaménagement du quartier de la gare.

C’est dans cette optique qu’ils avaient organisé hier après-midi la visite du site pour une délégation de responsables locaux, régionaux et nationaux, au premier rang desquels le président-directeur du musée du Louvre, Jean-Claude Martinez. L’adjoint à la culture d’Orthez, Jean-Marc Terrasse, lui-même ancien directeur de l’auditorium et des manifestations culturelles du Louvre, a joué les guides aux côtés d’Aurélie Fanzy, responsable du service urbanisme de la Ville.

Parallèle avec Louvre-Lens

« Ce qui me frappe, c’est que des gens ont vécu ici », a réagi Jean-Claude Martinez après un rapide éclairage historique apporté par le maire de la ville, Yves Darrigrand. « Il y a un travail d’historien à faire sur la mémoire des lieux, la vie des ouvriers, etc. », pense-t-il. Trouvant au site « beaucoup de charme, même s’il y a beaucoup à faire », Jean-Claude Martinez a notamment apprécié les bâtiments à l’architecture industrielle marquée. « Si l’on veut que ce musée serve à tisser du lien, il va falloir respecter l’histoire des lieux, les gens qui l’ont faite », assure-t-il. Une conviction acquise notamment grâce à l’expérience du célèbre musée Louvre-Lens, « bâti sur un carreau de mine, rappelle le responsable. Là-bas, la réussite est venue du fait qu’on n’a pas nié la réalité du lieu, la souffrance des mineurs, etc. Ici, même si ce n’est pas tout à fait comparable, il faut aussi que le projet se fasse avec les gens, car le lieu sera avant tout destiné aux habitants. Il ne s’agit pas de faire venir des Parisiens… »

Blandine Chavanne, sous-directrice de la politique des musées au service des Musées de France (tutelle du Louvre donc), avait également fait le déplacement depuis la capitale. « On sent que c’est un site qui a une âme, a-t-elle commenté pour sa part. On peut y faire beaucoup de choses. Mais un musée je ne crois pas, car il n’est pas prévu d’exposition permanente. En revanche le projet culturel me semble intéressant et riche : accueillir des expositions temporaires en couplant tourisme et culture est toujours une bonne idée. » Au-delà du Louvre, la responsable pense donc également aux musées d’Orsay, au Quai Branly, etc. pour fournir à Orthez des expositions temporaires, « une fois le site aménagé et sécurisé », précise-t-elle, quelque peu impressionnée par les récits d’inondations par le gave de Pau tout proche. « À ce stade, étant donné les grosses contraintes techniques (proximité du gave, de la voie ferrée, etc.), on ne peut pas se prononcer sur le projet », a commenté de son côté la sous-préfète de Pau, Marie Aubert, présente sur place hier après-midi.

Quant au directeur régional des affaires culturelles (Drac) de la Région, Arnaud Littardi, il a salué la « belle ambition » des élus d’Orthez. « Mais ce n’est pas moi qui tiens les finances de la ville… », a-t-il ajouté. Avant de préciser qu’au moment de trouver les financements, la Drac ferait bien sûr partie du tour de table. « D’autant que nous sommes partenaires du Pays d’art et d’histoire avec lequel l’articulation sera importante. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation